La colonisation française en Algérie, une illusion tragique

Le temps de la retraite venu, l’auteur a porté  durant ces dernières années son attention sur la question des rapports entre l’Algérie et la France. C’est là sa troisième contribution. Selon une méthode éprouvée, il se livre à une description scrupuleuse des faits. Il s’appuie, comme à l’accoutumée, sur les informations contenues dans les journaux officiels, les correspondances ministérielles, les notes et décisions administratives, la presse locale. Voilà qui a permis de mettre en évidence les objectifs et les moyens qui ont été  retenus pour coloniser le territoire. Par ailleurs, la lecture attentive des ouvrages publiés tout au long du XIXe siècle, volontiers ignorés des historiens contemporains,  se révèle également  d’un très précieux concours  pour qui a entendu proposer une histoire des relations algéro-françaises non amnésique. Car, qu’on le veuille ou non, la présence de la France en Algérie a généré des drames. Les plus connus, les plus emblématiques, ceux des années 1954-1962, se sont situés dans le prolongement de ceux que le territoire algérien et ses habitants ont connus tout au long de la période coloniale. 

Universitaire, économiste de formation, Docteur d’État, professeur honoraire d’économie, André-Paul Weber a, parallèlement à ses activités d’enseignement et de recherche (universités de Nancy, Reims, Montréal, puis à l’ Essec, de 1967 à 2002),  exercé des fonctions administratives variées : chargé de mission au ministère de l’Economie et des finances (1967-1977), rapporteur, puis rapporteur général, au Conseil de la concurrence (1978-1992), directeur de l’Essec (1991-1995), puis directeur des services radio et télévision au Conseil supérieur de l’audiovisuel (1996-2002).