Sur les chemins de la liberté

600 DA
« Mon premier souvenir me ramène au village Nègre, où je vivais dans la boue. Quand il pleuvait, on glissait sans cesse et on arrivait couverts de boue à la maison. Et je me souviens, ces jours-là, de la difficulté à faire brûler du bois pour préparer à manger. »
Ainsi commence la relation de l'itinéraire d’El Hachemi Trodi. Répondant aux questions de Michel Laban, qui balisent ce chemin de la liberté depuis la naissance, à Biskra, en 1926, jusqu'aux lendemains de l'indépendance marqués par les fâcheux épisodes de la course au pouvoir, Trodi remonte le cours des ans pour rappeler ce qu'était la condition du colonisé et mettre en exergue l'âpreté du combat qu'il a fallu mener pour y mettre fin.
Chargé d'informations sur les hommes et les événements inscrits dans une tranche d'histoire comportant encore de nombreuses zones d'ombres, ce témoignage d'un nationaliste algérien est assurément un précieux document sur cette période aussi tumultueuse que décisive pour le destin de la nation.